Applications mobiles pour progresser à la guitare

Applications mobiles pour progresser à la guitare

Il n’y a pas qu’une seule façon d’apprendre à jouer d’un instrument. Les vidéos,  ou les sites de cours en ligne complémentent aujourd’hui la pédagogie traditionnelle, sans pour autant la remplacer. Et c’est sans compter la foule d’applications qui facilitent la vie du guitariste et permettent souvent de progresser plus rapidement. De l’accordeur à la simulation d’amplis, des ressources insoupçonnées se cachent dans nos pantalons. Je parle de smartphone bien évidemment.Voici donc une revue de quelques applications mobiles. Je tiens à préciser que je n’ai aucun lien avec les éditeurs qui développent ces applications et que cet article est rédigé en toute indépendance. Voilà qui est dit.Commençons par un gros morceau !

iReal Pro iOS / Android – payant

Initialement appelée iReal B, cette application est pensée comme un Fake Book. Les Fake Book sont des recueils de standards que s’échangeaient sous le manteau les élèves des écoles de musique américaines dans les années 50. Les informations sur chaque morceau allaient à l’essentiel : structure, grille et thème. Truffés d’erreurs, ils ont par la suite été revus puis édités pour devenir les Real Book, un clin d’œil ironique aux anciens relevés.

ireal pro Cette application se veut donc l’équivalent numérique des Real Book et compile un nombre astronomique de grilles (plus de 1500). Elle permet surtout de les jouer en boucle comme un backing track. L’accompagnement est constitué d’une batterie, d’une basse et d’un piano. Pour une même suite d’accords, on a la possibilité de varier le tempo, le style d’accompagnement (plus d’une vingtaine dont : jazz, latin, straight, swing, shuffle, pop-rock…) ou encore les sons des instruments (basse électrique, fretless, contrebasse, clavier Rhodes, vibraphone…). C’est donc l’outil idéal pour s’exercer à l’improvisation sur des grilles de standards connus ou moins connus.

Un des points forts de l’appli est la possibilité de changer la tonalité d’un morceau et ainsi voir instantanément les nouveaux accords transposés de notre grille. Il est également possible de muter les pistes d’accompagnement (ne garder qu’une batterie et une basse par exemple) ou répéter indéfiniment un groupe de mesures précis.

L’algorithme de jeu est assez réaliste et les répétitions de mesures ne paraissent jamais monotones. L’application génère à la volée des renversements et des micro variations rythmiques ce qui rend le tout plus vivant. On a un vrai groupe dans sa poche !

Les titres sont issus du forum dédié et peuvent être téléchargés sous la forme de packs gratuits. Le répertoire est principalement jazz et latin-jazz  (plus de 1000 références) mais on trouve des packs country, blues, pop rock ou consacrés à un artiste en particulier (Stevie Wonder par exemple).

Une autre fonctionnalité très pratique : la possibilité de créer soit même une suite d’accords et de la sauvegarder, puis de la partager sur le forum si on le désire.  On a donc entre les mains un éditeur de backing tracks très intuitif et performant. Vraiment parfait pour travailler l’impro ou tester une composition.

Alors bien sûr la qualité se paye et on est bien au dessus du prix moyen d’une appli sur les plateformes de téléchargement des différents fabricants.

 

Chord! iOS / Android – version light gratuite sur android

Chord! est un dictionnaire d’accords. Jusque là rien de bien excitant. Mais c’est un peu plus que ça. Déjà l’interface est une réussite : sobre et élégante, on a envie d’y rester et d’explorer. Ensuite, les possibilités de recherche et de filtrage d’accords sont puissantes. Par exemple, vous voulez un voicing de C7(b9) sans quinte avec la tierce à la basse ? Chord! vous en trouve une dizaine, no problem.

Chords!

La recherche est très intuitive et se fait en ajoutant ou en retirant des enrichissement et/ou des altérations sur les triades de base (mineure, majeure, diminuée et augmentée). On peut affiner tout ça et exclure les positions comprenant des cordes à vide, forcer la fondamentale à la basse ou encore ne voir que les positions qui contiennent toutes les notes sélectionnées (on interdit l’omission des degrés spécifiés).

Le mode débutant permet de découvrir les accords de base avec une liste simple. On peut faire glisser son doigt sur chaque diagramme d’accord pour l’entendre. Assez sympa ! La version payante est agrémentée de points de couleur qui permettent de distinguer chaque type d’intervalles et la fréquence de ceux-ci dans l’accord. On voit ainsi d’un coup d’oeil que le fameux barré majeur comprend 3 fois la fondamentale, 2 fois la quinte et une fois la tierce majeure. Pratique.

En plus de l’énorme dictionnaire d’accords, on a droit à un thésaurus de gammes  monstrueux (je n’ai pas compté, mais il doit y en avoir au moins 200) que l’on peut harmoniser en accords à 3, 4, 5 sons, tout en choisissant un empilement en tierces, quartes, quintes, etc….

L’application gère de nombreux accordages courants à la guitare, mais également à la basse, ukulélé, banjo, mandoline, bouzouki ou encore charango. La version gratuite est très bien, et la version payante possède une section appelée « harmonisation » qui permet de saisir n’importe quelle suite d’accords et d’obtenir des suggestions de gammes à utiliser. En bref, une interface agréable et un système de filtre de voicings très bien pensé.

Guitar Pro iOS / Android – payant

guitar pro mobile

Version mobile du célèbre logiciel d’édition de tablature, Guitar Pro n’a pas exactement les mêmes fonctionnalités. On peut lire une partition au format propriétaire avec des sons plus ou moins réalistes, mais la création d’un score multi-piste complet n’est pas permise. Il est néanmoins possible de noter ses idées avec la fonction bloc-note et de les sauvegarder, mais en restant sur une piste unique. Pas moyen de créer une ligne de basse et d’ajouter des accords par dessus par exemple, tout du moins pour l’instant.

Cette application me sert principalement  à me souvenir de riffs ou de suite d’accords lorsque je n’ai pas accès à un ordinateur. C’est aussi un bon outil pour travailler un passage difficile en bouclant les mesures d’un morceau et en les ralentissant.

La saisie en mode bloc-note est bien faite et assez intuitive avec un curseur pour se déplacer et des chiffres permettant d’indiquer la frette à jouer. Figures de rythme, silences et effets de jeu (bends, glissés, harmoniques, vibrés) sont également de la partie. Ce petit frère mobile possède presque toutes les qualité de son grand frère.

Les éditeurs de tablature sont en général un très bon moyen d’apprendre les figures de rythme. Souvent équipés d’un métronome, ils permettent d’entendre la durée de ces dernières par rapport à une pulsation régulière. On peut par exemple noter 4 mesures de croches et 4 mesures de triolets de croche pour écouter et surtout intégrer la différence.

A noter, les fonctions de partage par mail et l’accès au store de tablature maison : mysongbook.com.

0
  Articles liés
  • No related posts found.

Ajouter un commentaire